Je suis partie pour une durée indéterminée.

C’est un retour en terre

de jeunesse qui marque le

début de mon aventure.

J’ai grandi en Guyane, comme mon compagnon d’ailleurs. À l’époque, nous nous connaissons à peine, même si notre destin amoureux se croise une première fois. De retour en France pour les études supérieures, chacun déroule sa vie sans savoir que 10 ans plus tard, elle nous réunira dans un café à Paris. Notre histoire commence et c’est naturellement que nous parlons de retourner en Guyane. En février 2016, nous y passons un mois et c’est le déclic : nous voulons voyager, vivre plus simplement, devenir nomades.

Juin 2016.

01. Choix de destination

Suite à une discussion avec un ami, on découvre le principe du PVT, un visa d’un an, disponible dans 14 pays, qui donne la possibilité de voyager et de travailler, à condition d’avoir entre 18 et 31 ans. Parmi les pays signataires du programme, c’est la Nouvelle-Zélande, de l’autre côté de la Terre, qui nous tente le plus.

Octobre 2016.

02. Demande de visa

On fait notre demande en ligne pour un Working Holiday Visa sur le site de l’immigration néo-zélandaise en suivant le tutoriel de pvtistes.net. Cela nous prend 30 minutes et coûte environ 120€. Moins de 2 semaines plus tard, nous recevons par mail notre visa électronique avec un délais de 12 mois pour l’activer.

Décembre 2016.

03. Annonce du départ

Nous sommes tous les deux en freelance et le hasard fait que nous nous voyions proposer chacun un CDI. On reconnait que cela aurait été une belle opportunité mais nous refusons en expliquant notre projet de départ. C’est facile de dire non pour nous à ce moment-là parce que nous avons déjà fait le choix de partir.

Août 2017.

04. Déménagement

On ne part pas dans un autre pays pour se réinstaller, nous devons donc nous débarrasser de la très grande majorité de nos affaires. Nous répartissons nos meubles, objets de décoration, livres, vêtements chez la famille. Nous ne gardons que l’essentiel et il tient dans un sac à dos. Les derniers jours dans notre appartement, nous dormons à même le sol.

Septembre 2017.

05. Grand départ

Nous disons au revoir à tout le monde, c’est dur mais nous sommes heureux à l’idée de partir. Le trajet dans le taxi vers l’aéroport est silencieux, nous regardons passer les rues d’une ancienne vie. Nous ressentons un mélange d’appréhension et de tension qui, après 32 heures de voyage, laisse la place à l’excitation d’un nouveau départ.

Septembre 2018.

06. Vie de voyages

Après 9 mois en Nouvelle-Zélande, 1 mois en Polynésie Française et 1 mois au Canada, nous débarquons en Australie pour un an avec un PVT ! Pour l’instant, nous ne savons pas quand nous rentrerons en France et allons essayer de voyager le plus longtemps possible. Au programme après l’Australie : le Vanuatu, l’Indonésie, le Cambodge, le Vietnam, la Thaïlande…

Nous avons provoqué

l’opportunité de partir pour

vivre un rêve de liberté.

On s’entend souvent dire « Vous avez de la chance ». Mais de notre point de vue, nous n’avions pas de circonstances particulières qui nous permettent de partir sans sacrifice. La possibilité de voyager ne nous est pas tombée dessus, nous l’avons prise. Et tout le monde peut décider de partir vivre à l’étranger, de voyager sur une longue période. C’est simplement que l’on a toujours une bonne excuse pour ne pas le faire : un travail, une maison, un bébé qui arrive, la famille, les amis…

Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, le plus difficile ce n’est pas de quitter une vie pour en changer, c’est de prendre LA décision, celle de partir. Le reste vient tout seul. L’anticipation d’une liberté inédite et l’excitation de vivre une autre vie nous portent bien plus loin qu’on ne le pense. Elles nous donnent le courage de faire le premier pas, d’oser rêver et essayer un nouveau chemin.

Même le plus long des voyages commence par un premier pas.

Lao TseuPère du Taoïsme